Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

La Tunisie placée sur liste noire des pays exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme de l'Union Européenne

7 février 2018 07:50
130 0
La Tunisie placée sur liste noire des pays exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme de l'Union Européenne

Après avoir été ajoutée puis retirée de la liste des paradis fiscaux de l'Union Européenne, la Tunisie a été ajoutée mercredi sur la liste noire de la Commission européenne des pays exposés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme par l'Union Européenne.

Selon un communiqué publié par le Parlement Européen, celui n'a pas réussi a obtenir les 376 voix nécessaire pour opposer un véto à la décision de la Commission européenne.

Malgré la "vive opposition" et les "efforts acharnés" de certains députés européens, la Tunisie tout comme le Sri Lanka et Trinité-et-Tobago ont été ajouté dans la liste des pays tiers considérés comme présentant des déficiences stratégiques dans leurs régimes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

"Le vote de mercredi reflète la division du Parlement sur cette question avec 357 voix en faveur de la motion de rejet de la nouvelle liste, à 283 voix contre, et 26 abstentions" indique le communiqué.

La députée française Marie-Christine Vergiat, s'est déclarée "surprise et dans l'incompréhension", soulignant que plusieurs pays de cette liste sont en guerre, contrairement à la Tunisie. "Je ne comprends pas comment vous pouvez mettre la Tunisie dans le même panier" a-t-elle ajouté.

"On nous dit bien sûr en Off que d'autres pays vont venir, y compris des pays européens. Permettez-moi d'être sceptique! On nous dit également qu'il ne s'agit pas de sanctions, mais de surveillance accrue. Mais quel signal envoie-t-on aux investisseurs et créanciers de la Tunisie. Quels dégâts auraient été faits d'ici à ce que la commission revienne sur sa proposition? Le fera-t-elle? et si oui, quand?" S'interroge Vergiat.

Le Groupe d’action financière (GAFI), institution internationale en charge de l’examen et l’élaboration des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, vient cependant de réviser le classement de la Tunisie, et l'a déplacée de la catégorie des "pays à haut risques et non coopératif" à la catégorie des "pays sous surveillance", une catégorie désignant les pays qui sont en train d’améliorer leur dispositif et ayant des engagements fermes, dans ce sens.

Cette décision vient à la suite d'une demande officielle adressée à la GAFI de la part de la Commission Tunisienne des Analyses Financières (CTAF), afin de lever cette confusion et corriger l’évaluation tunisienne, aux conséquences négatives sur l’image du pays.

À l'occasion de sa visite à Bruxelles hier, le ministre des Affaires étrangères, Khemais Jhinaoui, a mis en garde contre "tout ce qui est susceptible de remettre en cause l'engagement entre la Tunisie et l'Union Européenne" dans leur partenariat, faisant référence au classement de la Tunisie parmi les paradis fiscaux qui a marqué la fin de l'année. "je ne peux pas ne pas l'évoquer", a t-il avoué. "C'était une décision injuste parce que c'était une décision unilatérale", poursuit-il avant de se réjouir de la décision finale du retrait de la Tunisie de cette liste le 23 janvier dernier.

"Nous souhaitons que l'Union Européenne nous aide à diffuser et vulgariser auprès des États et de la société civile, l'image réelle de la Tunisie, un pays qui tient à réussir son processus démocratique, qui tient à réussir sa transition économique et qui a besoin du soutien de ses amis pour devenir un pays émergeant" avait conclut le ministre.

Source: huffpostmaghreb.com

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0