Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

"Salhi": Un hommage à la musique bédouine tunisienne signé Imed Alibi, Mounir Troudi et Michel Marre

23 janvier 2018 04:23
137 0
"Salhi": Un hommage à la musique bédouine tunisienne signé Imed Alibi, Mounir Troudi et Michel Marre

Le brillant trio franco-tunisien, formé par le percussionniste Imed Alibi, le chanteur Mounir Troudi et le trompettiste de jazz Michel Marre, rend hommage à la tradition soufie tunisienne à travers l'album "Salhi" dont la sortie est prévue à la fin du mois de janvier.

Les deux musiciens tunisiens s'entourent ici du talent du jazzman français Michel Marre qui a vécu en Tunisie et connait les traditions des percussions et des rythmes de la région.

Véritable métissage, le projet tient son nom du traditionnel "Salhi", une musique tunisienne issue du patrimoine Bédouin qui se retrouve ici savamment mêlée aux rythmes occidentaux du jazz. "C'est un nouveau langage musical regroupant soufisme et musique folklorique en plus du chant et des improvisations vocales", explique Mounir Troudi dans une déclaration à l'agence TAP.

Créé en 2015, le projet a été présenté l'année dernière en Tunisie à l'Acropolium de Carthage ainsi qu'en France, à Montpellier et à Marseille, au Portugal et en Italie. Il a aujourd'hui évolué avec des chansons traditionnelles spirituelles tunisiennes mais aussi d'autres titres inspirés du poète soufi irakien Al Hallaj.

"C'est un projet complètement différent de ce que j'ai présenté il y a 2 ans, c'est plutôt un trio, un travail de recherche sur les rythmes, c'est surtout une musique roots", a quant à lui déclaré Imed Alibi sur le plateau de l'émission Maghreb Orient Express sur TV5 Monde, lors de la présentation de son album. "C'était un défi de pouvoir exprimer notre musique avec des instruments minimalistes", a-t-il poursuivi.

"Salhi" répond aussi à une nécessité, celle de faire revivre une tradition qui tend à être oubliée.

"Avec les nouvelles technologies, les réseaux sociaux, l'évolution d'un capitalisme sauvage, qui concerne aussi la Tunisie, la musique et son industrie... il y a une disparition de beaucoup de traditions, surtout des chants de femmes tunisiennes", commente Imed Alibi, rappelant qu'en Tunisie également, la musique commerciale est aujourd'hui particulièrement mise en avant.

À travers l'album "Salhi" le trio remet, en effet, au goût du jour une musique rare qu'on ne retrouve que dans certaines régions de la Tunisie. "Pour produire ce genre de travail, il faut être dans les réseaux alternatifs car malheureusement ce genre de musique est toujours en difficulté", précise le percussionniste tunisien.

Source: huffpostmaghreb.com

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0