Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

Reprenons notre destin en main……

14 janvier 2019 17:29
319 0
Reprenons notre destin en main……

Adel HERIKEn principe, au lendemain de l’indépendance, le projet des élites algériennes était clair: restauration ou construction de l’État national et développement du pays.

Ce projet est multidimensionnel; il touche tous les aspects de la vie du pays: institutions, infrastructures, économie, éducation et culture, santé et développement humain, qualité de vie, etc. C’était un projet consensuel, tacitement accepté par tous, car évident et incontournable. Comment en sommes-nous arrivés aux multiples fractures sociales et à la situation d’échec généralisé et de désespoir que nous connaissons aujourd’hui? Répondre correctement à cette question, c’est diagnostiquer notre mal et trouver le remède. Le projet est toujours le même, mais il a été brouillé et parasité par une multitude de faux-clivages, faux-problèmes et faux-débats. La question qui n’a pas été clairement posée au départ est: qui doit diriger et gouverner le pays? D’où tire-t-il sa légitimité? C’est de là que tout est parti en queue de poisson et toute une série de lignes de confrontation a été générée par ce problème de légitimité des dirigeants, pour aboutir finalement à un nihilisme généralisé, une remise en question permanente de tout ce qui était supposé constituer les fondements de la nation algérienne moderne. Tout le monde tire à vue sur tout ce qui bouge et on ne sait plus qui est l’ami et qui est l’ennemi. Pour ma part, je n’ai qu’un seul ennemi: le sous-développement, avec ses multiples manifestations: la pauvreté, l’inefficacité, la dépendance, l’anarchie, la corruption, la régression morale et culturelle, la décomposition de la société, etc. Ou bien nous reprenons notre destin en main en tant que nation souveraine et nous nous attelons sérieusement et sincèrement à réaliser notre projet initial, en partant cette fois sur de bonnes bases, ou bien nous nous condamnons à demeurer dans les bas-fonds du monde pour longtemps.

Source: lequotidienalgerie.org

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0