Walmart : un coup de pouce salarial bien tardif | Courrier international

20 février 2015 16:11

10 0

En plein débat sur la montée des inégalités sociales aux Etats-Unis, Walmart vient de faire une annonce fracassante : le leader mondial de la distribution va investir 1 milliard de dollars (près de 900 millions d’euros) dans la revalorisation des salaires et dans la formation de son personnel.

Premier employeur privé du pays – où il compte 1,3 million de salariés –, le groupe portera son salaire minimum horaire à 9 dollars en avril (7,95 euros), puis à 10 dollars (8,80 euros) en février 2016. (En France, le smic horaire est de 9,61 euros). Cette mesure touchera 500 000 personnes, soit 40 % des effectifs, détaille The Washington Post. Pour ses 6 000 salariés percevant actuellement le minimum fédéral (7,25 dollars), cela représentera une augmentation de 24 %. Les managers, eux, ne pourront pas gagner moins de 13 dollars l’heure, puis moins de 15 dollars en février 2016.

Aussi louable soit-elle, cette décision semble bien tardive. “En 2007, avant la récession, Walmart réalisait, pour chaque employé, 183 500 dollars de chiffre d’affaires et 5 938 dollars de bénéfice. Ce n’est pas si mal. Mais en 2014, ces chiffres avaient progressé respectivement de 18 % et 24 %. Or, ce sont les actionnaires du groupe qui en ont profité, pas ses salariés”, souligne The New York Times.

Alors, demande le quotidien, qu’est-ce qui a changé ? La réponse est simple : en cinq ans, le taux de chômage aux États-Unis est passé de 9,8 % à 5,7 %, et il devient plus difficile pour les entreprises de trouver du personnel qualifié. D’ailleurs, nombre d’entre elles, comme Ikea et Gap, ont déjà augmenté leur salaire minimum horaire. La compagnie d’assurance santé Aetna vient même d’annoncer qu’en avril il atteindrait 16 dollars. Désormais, “le salaire moyen d’un employé à plein temps de Walmart sera de 13 dollars l’heure, soit moins que la moyenne du secteur de la distribution, qui est de 14,65 dollars”, relativise The Wall Street Journal.

Conclusion du Los Angeles Times : cette revalorisation est une bonne chose, mais elle est insuffisante. “Comme Spider-Man l’a judicieusement dit : ‘Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.’ Walmart a toujours eu le pouvoir de mieux traiter ses salariés. Le fait qu’il ait attendu si longtemps pour agir sur le front des salaires en dit plus sur sa pingrerie que sur son courage économique. Pas de quoi impressionner Spider-Man.”

Source: courrierinternational.com

Pour la page de catégorie

Loading...