Des Italiennes tricotent pour les prématurés et instaurent une nouvelle unité de mesure

18 mars 2015 10:01

69 0

Des Italiennes tricotent pour les prématurés et instaurent une nouvelle unité de mesure

MODE - Tout a commencé par un cadeau de naissance raté. Un chausson de laine trop petit, destiné au nouveau-né d’une amie. Un chausson qui a pourtant fait germer une idée après que sa créatrice, Laura Nanni, en a parlé avec ses copines de tricot.

Depuis cette discussion, l’idée a fait son chemin. Aujourd’hui, à travers toute l’Italie, un millier de femmes reliées par un fil de solidarité inconditionnelle tricotent pour les grands prématurés. Pourtant, rien ne prédestinait cette Piémontaise de 51 ans, originaire d’Alessandria, à s’intéresser à cette cause. "Mes grossesses se sont bien passées et mes enfants sont grands, maintenant. C’est un hasard si ce petit chausson m’a inspirée."

Son attrait pour le social l’a convaincue d’agir, et son enthousiasme communicatif a fait des émules. Huit ans après la fondation de son association, Cuore di maglia ("Cœur de maille"), on ne compte plus les petits ensembles tricotés, offerts aux cinquante hôpitaux italiens qui participent à l’aventure. Trois fois par an, à chaque nouvelle livraison estampillée d’un cœur rouge, une chaleur réconfortante envahit les services de soins intensifs néonatals aux quatre coins du pays.

"Nous n’imposons pas de critères particuliers pour rejoindre l’association, ce n’est pas dans notre esprit, explique Laura. La seule chose qui compte, c’est l’envie d’aider. Chaque vêtement porte la marque de celle qui l’a confectionné, son expérience, son vécu. Car il s’agit souvent de femmes qui ont elles-mêmes accouché d’enfants prématurés, dont certains n’ont pas survécu. D’autres bénévoles ont fait le choix de ne pas devenir mamans. La plus jeune d’entre nous a 30 ans, et notre doyenne en a 81 !"

Échanger, s’enrichir, progresser. Et pas seulement en tricot. "J’ai beaucoup appris sur un plan médical et humain", ajoute Laura. En effet, rien n’est laissé au hasard. "Nous avons inventé une nouvelle unité de mesure : le biscuit à la cuillère, explique-t-elle en souriant. En longueur, un chausson ne doit pas dépasser le milieu du biscuit, l’équivalent de 5 cm. Les gigoteuses et les couvertures ont des mesures standard. La laine utilisée doit être vierge, et les vêtements doivent être tricotés d’une seule pièce – sans couture – et ne présenter aucune trace d’acrylique. Les bébés prématurés sont très fragiles: quand ils naissent à 26 semaines, ils pèsent à peine 500 grammes. Nous ne pouvons pas leur faire courir le risque d’une allergie ou d’une abrasion cutanée."

Chaque modèle a été étudié par les médecins et les infirmières des hôpitaux concernés. "Une touche ‘high-touch’ dans un univers high-tech", selon le bon mot de Roberto Bellù, chef du service néonatologie de l’hôpital Alessandro Manzoni de Lecco, en Lombardie.

"Je suis partie d’un constat simple, conclut Laura Nanni. Un accouchement avant terme, c’est un événement qui prend tout le monde de court. Mais nous, nous sommes déjà là, aux côtés des parents, pour accueillir ces bébés. Nous sommes là pour leur dire que nous avons pensé à eux, que nous leur avons assuré un petit coin au chaud."

Source: huffpostmaghreb.com

Pour la page de catégorie

Loading...