Découvrez la Tunisie à bord d'un train

17 mars 2015 15:05

18 0

Découvrez la Tunisie à bord d'un train

VOYAGES - Le secteur ferroviaire en Tunisie, fort développé dans les années d'après guerre, semble aujourd'hui abandonné. Certaines gares sont en ruines et beaucoup de villes ne profitent plus du réseau, qui leur est souvent vital.

Une initiative lancée par le tour-opérateur Discovery Trains, qui sera exploitée à des fins touristiques.

Contacté par le HuffPost Tunisie, Simon Stone, gérant de Discovery Trains, indique que ce train (voir photo ci-dessous) datant des années 60 a été offert par l'Allemagne à l'ancien président de la République Habib Bourguiba. Il sillonnera les villes tunisiennes du centre-ouest et nord-ouest du pays et effectuera une boucle afin de faire découvrir "la Tunisie de l'intérieur".

"Lors d'une visite dans les ateliers SNCFT, nous avons découvert ces trains qui dormaient, et nous avons pensé qu'ils seraient tout à fait adéquats à notre projet", déclare Simon Stone. "Ce n'est pas tant le côté présidentiel mais plutôt la valeur historique de ce train et le fait que celui-ci était en très bon état et contenait des voitures salon qui a fait que nous l'ayions choisi", ajoute-il.

Encourager la découverte de la Tunisie méconnue (ses paysages, sa culture au sens propre et figuré) et son développement touristique sont les principaux objectifs de ce projet. En effet, certaines voies empruntées par le train étaient jusque maintenant hors d'usage.

Les touristes chanceux auront donc l'occasion d'observer notamment Le Kef, Haïdra, Sbeitla, Metlaoui et Tozeur, sous un nouvel angle.

Visites d'un acqueduc romain à Oudna, rencontre avec les villageois de Gaâfour et découverte de l'artisanat local, feront entre autres partie du voyage.

Le train se mettra en route le 16 mai à Tunis. Il effectuera ensuite une boucle en passant entre autres par Le Kef, Kasserine, Gafsa, Gabès et en remontant ensuite vers El Jem, Moknine et Sousse pour revenir au point de départ le 24 mai.

Selon Simon Stone, ce voyage sera très spécial, puisqu'il vise avant tout les amateurs des chemins de fer qui souhaitent explorer les voies ferrées non exploitées pour le public.

Il faudra compter en moyenne 2.000 euros pour faire partie du voyage. Une somme élevée qui ne permettra certainement pas de rassembler le public tunisien, les voyageurs visés viendront d'ailleurs. À noter que le vol jusque Tunis n'est pas pris en charge.

Par la suite, d'autres voyages plus "standardisés" auront lieu chaque mois, ayant pour thèmes la découverte des territoires, des visites culturelles et historiques.

Simon Stone indique également que les voyages, qui peuvent accueillir entre 30 et 40 personnes, sont exclusivement réservés aux touristes, "pour l'instant". Les tarifs de ces voyages seront également revus à la baisse.

Dans deux ans, le tour opérateur espère pouvoir compter sept voitures de plus dans l'aventure, avant de proposer aux touristes une expérience entière, où ceux-ci pourront dormir dans des trains couchettes. Simon Stone espère également que ce projet ouvrira les portes des réseaux ferroviaires au grand public, et aboutira à des projets de réinsertion de trains réguliers.

Il s'agit à la fois d'un tourisme alternatif aux stations balnéaires, mais également d'une tendance éco-touristique dans son projet. Ainsi, découverte de l'artisanat local et plat bio seront au rendez-vous. En effet, une convention avec la Direction Générale de l'Agriculture Biologique a été mise en place, signale Simon Stone.

Mais pour l'instant, ce train, et donc par extension certaines gares qu'il parcourt, ne sont proposées qu'aux touristes. Avec "un passé très riche et plus de 1000 km", ce train sera un bon début afin de désenclaver les régions et de redonner de l'emploi, etc. déclare Aziza Darghouth, sociologue contactée par le .

En effet, le train de la Rose des Sables est le seul projet concret pour l'instant qui prend en compte la relance du secteur ferroviaire, rajoute-elle.

Le potentiel des réseaux ferroviaires en Tunisie est très important, et fait partie intégrante de la relance du tourisme alternatif en Tunisie. Par ailleurs, au-delà de l'aspect touristique, c'est tout une dynamique qui doit être remise sur pied afin de permettre aux régions qui ont souffert de l'abandon des réseaux ferroviaires d'être relancées.

"Nous attendons que le gouvernement annonce clairement sa vision et sa stratégie concernant les réseaux ferroviaires en Tunisie."

La plus grosse crainte d'Aziza Darghouth est que le train destiné aux touristes ne soit pas viable et qu'il n'entraîne donc pas la démocratisation "du train pour tous".

Source: huffpostmaghreb.com

Pour la page de catégorie

Loading...