Al Ziara, un film tunisien qui explore l'extase du Stambali

16 février 2015 13:59

38 0

Il reste jusqu'à ce jour le premier film tunisien, en compétition officielle à Cannes! ndlr: Cette photo montre le réalisateur tunisien Abdellatif Ben Ammar recevant le Tanit d'or pour son film Aziza lors des Journées cinématographique de Carthage 1980.

Sélectionné dans la catégorie "Un certain regard" du festival cannais. Salah a laissé ses trois sœurs et sa mère pour devenir un "ambassadeur", c’est-à-dire un travailleur immigré sur le chantier de la Défense. Exécutant les tâches les plus ingrates, il fait l’expérience de la difficulté de trouver un emploi lorsqu’on n’a pas de métier. Après avoir été renvoyé de son poste, il se heurte au racisme et trouve refuge dans un hôtel du quartier de la Goutte d’or.

Un nouveau film d'Abdelatif Ben Ammar sélectionné cette fois pour la Quinzaine des réalisateurs... Synopsis: La Tunisie en 1980, un pays moderne en pleine mutation. Le vieil artisan Béchir quitte la médina pour aller vivre dans la périphérie avec son fils Ali et sa nièce Aziza, recueillie depuis la petite enfance. Bouleversé, Béchir ne se fait pas au changement. Pour Aziza, c'est une découverte. Elle se fait une amie, Aicha et conquiert peu à peu son indépendance.

Deux courts métrages de Boughedir seront sélectionnés dans la catégorie Un certain regard. "Caméra d'Afrique en 1983 et Caméra d'arabe en 1986". C'est à partir de là que Boughedir commencera à rayonner sur la scène cinématographique tunisienne.

Ridha Behi fait de nouveau son apparition à Cannes en réalisant "Les anges", sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs (cannes 1985). Suivront "Champagne Amer" et "les Hirondelles ne meurent pas à Jérusalem" (prix de la critique internationale, Carthage 1994). "La Boîte magique" a été sélectionné en compétition officielle à Venise 2002, au festival Vues d'Afriques 2003 et a reçu une mention spéciale du jury au 22ème Festival International du film d'Amiens 2002.

Et voilà Nouri Bouzid de retour à Cannes deux ans plus tard, toujours dans la catégorie un certain regard et un film "Les Sabots en or" avec Fethi Heddaoui. >>Visionner le film Synopsis Youssef Soltane, un intellectuel de 45 ans, est le pur produit d'une génération qui a connu les périodes euphoriques des grandes idéologies des années 1960 et aussi leur faillite collective. Youssef fut emprisonné longtemps et torturé pour ses activités d'opposant politique.

Source: huffpostmaghreb.com

Pour la page de catégorie

Loading...