Le 11 janvier, ou quand l’Europe se lève | Courrier international

13 janvier 2015 11:36

3 0

Le 11 janvier, ou quand l’Europe se lève | Courrier international

Les millions d’Européens qui sont descendus dans les rues pour condamner l’assassinat des caricaturistes de Charlie Hebdo, des policiers et des clients d’un supermarché casher ont été les acteurs d’un événement historique qui marque un tournant décisif dans l’attitude de la société européenne envers la menace djihadiste.

Cette manifestation monstre à Paris, la plus importante depuis la libération de la capitale et la fin de l’occupation nazie, montre clairement que les citoyens des démocraties n’ont pas l’intention de rester les bras croisés pendant qu’une condamnation à mort est prononcée contre eux par des organisations qui considèrent la liberté d’expression et les droits de l’homme comme des aberrations justifiant toutes les cruautés. Paris a affirmé de manière catégorique que l’Europe, loin des stéréotypes qui la présentent comme une société décadente, apeurée et superficielle face à un prétendu dynamisme djihadiste, est bien vivante et qu’elle représente une formidable barrière qui se lève contre le terrorisme et son projet totalitaire. Comme dans tous les grands moments, l’Europe a prouvé qu’elle sait réagir lorsque ses valeurs suprêmes, celles qui définissent notre mode de vie, se trouvent menacées.

Nul doute que l’Europe a elle-même perpétré tout au long de l’Histoire d’innombrables horreurs. Mais cela n’efface pas le fait que le continent a vu prospérer la civilisation la plus éclairée et la plus démocratique que l’humanité ait connue. Il faut aujourd’hui le rappeler contre ces barbares fanatiques qui entendent nous détruire et contre les démagogues ineptes qui voudraient faire passer leur frilosité pour de l’angélisme.

Le message envoyé de Paris a plusieurs destinataires. D’abord, les djihadistes eux-mêmes. Les manifestants qui ont envahi le centre de Paris l’ont fait à la française : loin d’être uniforme, la marche a fédéré des participants venus du monde entier. Chacun s’est rallié au drapeau, à la tenue et aux symboles (religieux ou non) qu’il voulait, et chacun a scandé le slogan qui lui parlait le plus. Et tous l’ont fait dans une ambiance pacifique, sans menace, sans agressivité. La condamnation des assassinats a pris la forme d’une grande affirmation, formulée par des participants de toutes les couleurs et de toutes les religions, pour qui le vivre-ensemble est l’exercice de la liberté et la preuve de la diversité.

Mais le message parisien s’adresse aussi aux dirigeants. Au-delà du geste historique que représentait la présence de chefs d’Etat et de gouvernement de nombreux pays, cette vaste démonstration de civisme montre clairement à ces gouvernants, en particulier aux gouvernants européens, qu’ils auront le soutien de la population pour adopter des dispositions qui empêcheront, par exemple, qu’on meure parce qu’on dessine dans la presse ou qu’on fait ses courses dans un magasin juif. L’image de la foule demandant aux tireurs de la police postés sur les toits de se lever pour qu’elle puisse les acclamer et les applaudir résume bien la large approbation qu’obtiendront des initiatives permettant de protéger efficacement les démocraties européennes.

Les ministres européens de l’Intérieur se sont mis d’accord sur des mesures (notamment la création d’un registre européen des passagers aériens et le renforcement de la surveillance aux frontières pour contrer les djihadistes européens) dont les détails et l’entrée en vigueur seront soumis aux débats et aux délais propres à tout système démocratique. Mais les manifestations y ont déjà apposé le blanc-seing des citoyens.

Le monde politique a désormais le devoir de se montrer à la hauteur des circonstances, d’aller au-delà des images, si marquantes et si éloquentes soient-elles (telle cette chaîne humaine qu’ont formée entre autres, bras dessus bras dessous, les Hollande, Merkel, Cameron, Rajoy, Renzi, Juncker, Tusk et Samaras), pour construire cette Europe dont nous voulons tous pouvoir rester fiers.

Source: courrierinternational.com

Pour la page de catégorie

Loading...