À Paris, solidarité des visiteurs au stand tunisien du Salon du Tourisme

19 mars 2015 12:16

22 0

À Paris, solidarité des visiteurs au stand tunisien du Salon du Tourisme

TOURISME - "Un attentat ne va pas m'empêcher de voyager, puisque j'habite dans un pays, la France, où il y a eu des attentats en janvier", explique Aline, devant le stand tunisien du Salon du Tourisme à Paris où la plupart des visiteurs expriment leur solidarité après l'attentat de Tunis.

"Le tourisme, poumon de l'économie tunisienne, a été touché de plein fouet. C'est la première fois depuis la Révolution de Jasmin que des touristes sont touchés", déplore Leila Tekaia, présidente de l'Office du tourisme tunisien à Paris, présente sur le stand de la Tunisie au Salon Mondial du Tourisme qui a ouvert ses portes jeudi matin.

"Mais c'est un acte isolé, personne n'est à l'abri et le terrorisme est un fléau international et global, il ne faut pas se focaliser sur un pays qui est en train de relever son économie et de démontrer sa stabilité", souligne-t-elle.

Mme Tekaia indique que ses services "n'ont pas encore eu le temps de mesurer de possibles annulations" de séjours vers la Tunisie, mais avoir en revanche reçu "de nombreux messages de solidarité et même de nouvelles réservations".

"On ne lâche pas", a-t-elle affirmé. "Venez en Tunisie! N'ayez pas peur et venez soutenir les jeunes démocraties!", lance t-elle à la cantonnade, devant plusieurs journalistes et visiteurs du stand.

"Cet attentat est une horreur, c'est tout aussi grave que celui contre Charlie Hebdo. Mais il ne faut pas non plus tout mélanger, et il faut soutenir les pays qui luttent contre le terrorisme, en affichant sa solidarité", martèle cet homme d'une cinquantaine d'années venu prendre des brochures.

"J'ai envie de continuer à aller en Tunisie, ou en Egypte, car ce sont des pays magnifiques, et il ne faut pas arrêter d'y aller", poursuit-il.

"Bon courage! Ca va pas vous arranger cette histoire, c'était pas le moment", lance un retraité aux hôtesses habillées de robes traditionnelles, et à qui il explique qu'il a travaillé en Tunisie dans les années 1980.

"Je pensais avoir immédiatement des annulations, mais pour l'instant ce n'est pas le cas, j'ai même eu des demandes de réservations hier", explique à l'AFP Muriel Le Gal, directrice de l'agence de voyages Envie de Tunisie, qui est une des personnes à tenir le stand du pays.

"Mais c'est une catastrophe pour le tourisme et pour le pays", reconnaît-elle, soulignant que déjà, les Français - premier marché touristique du pays - "étaient frileux depuis cinq ans, pour la Tunisie comme pour tous les pays du Maghreb".

Elle estime que les acteurs du tourisme tunisiens présents sur le Salon Mondial du Tourisme devraient en savoir un peu plus à sa clôture dimanche concernant une éventuelle baisse des réservations vers la Tunisie.

Quelque 700.000 Français ont visité ce pays en 2014, contre 1,4 million en 2010, soit avant la Révolution de Jasmin qui a sévèremment affecté le tourisme dans le pays.

"Il y avait déjà pas mal d'amalgame entre musulmans et islamistes, et certaines agences de voyage nous rapportent même qu'elles ont des clients qui leur disent qu'ils ne veulent pas partir dans des pays 'islamistes', explique Adel Mhenni, responsable communication de l'Office du tourisme tunisien à Paris.

"Les attentats contre Charlie Hebdo avaient déjà constitué une nouvelle étape dans la peur des Français" envers des destinations comme la Tunisie, le Maroc, l'Algérie ou l'Egypte, indique-t-il.

Sur le stand, décoré de photos de paysages paradisiaques, des dattes sont offertes aux visiteurs et vacanciers potentiels. "Il ne faut pas mettre les drapeaux en berne ou être tristes, il ne faut pas donner ce plaisir aux terroristes", résume Adel Mhenni.

Source: huffpostmaghreb.com

Pour la page de catégorie

Loading...