Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

Pour Erdogan, l'opération Rameau d'Olivier en Syrie "ne convoitait pas le territoire d'un autre pays"

4 février 2018 20:35
14 0
Pour Erdogan, l'opération Rameau d'Olivier en Syrie "ne convoitait pas le territoire d'un autre pays"

SYRIE - Une mise au point était nécessaire. Dans un entretien téléphonique, le président français Emmanuel Macron et le prédisent turc Recep Tayyip Erdogan se sont accordés à travailler sur une feuille de route diplomatique dans les prochaines semaines.

Cette discussion a permis de faire le point sur "la situation sécuritaire, politique et humanitaire en Syrie, y compris à Afrin", dans le nord-ouest du pays, indique un communiqué de l’Elysée, rapporté par la MAP, publié dans la nuit de samedi à dimanche.

Dans les prochains jours, les consultations entre la France et la Turquie, "qui souhaitent toutes les deux une solution politique sous l'égide des Nations Unies", vont donc s'intensifier à travers des "échanges à intervalles réguliers", comme l'affirme le communiqué,

Erdogan a quant à lui déclaré que l'opération "Rameau d'Olivier" menée par l’armée turque "ne visait qu'à nettoyer" la région d'Afrin "des éléments terroristes" notamment les Unités de protection du peuple (YPG), soulignant que son pays "ne convoitait pas le territoire d'un autre pays", rapporte la MAP qui cite l'agence de presse turque Anadolu. L'opération avait été lancée le 20 janvier par les forces d'Ankara soutenues par les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), contre la milice kurde qui tient la région d'Afrin.

Dans un entretien au journal Le Figaro, Macron avait exprimé son souhait de "travailler avec les Jordaniens qui accueillent beaucoup de réfugiés", mais aussi de travailler "autour des Jordaniens" pour que tous les protagonistes du conflit puissent "construire une véritable solution inclusive avec les Saoudiens, les Américains et les Égyptiens", rapporte la MAP.

"Je souhaite convaincre les Turcs et les Russes qu'on peut construire cette solution véritablement inclusive, et alors l'opposition syrienne viendra (aux négociations) et les Russes doivent y amener le régime" de Bachar el-Assad, avait-il également affirmé.

Le président français avait aussi mis en garde contre toute opération en Syrie qui prendrait "un autre tour qu'une action pour lutter contre un potentiel terroriste menaçant sa frontière", d'après la MAP.

Source: huffpostmaghreb.com

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0